PotentialDys
Afin que l'école soit un lieu d'épanouissement pour les élèves à besoins éducatifs particuliers

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, des pédagogues d’un nouveau genre forment le projet révolutionnaire de changer le monde en faisant évoluer l’école.

Dans une Europe traumatisée par la Première Guerre mondiale, des pédagogues désignent le coupable : l’école, qui a fabriqué de "braves soldats". Il convient désormais de construire la paix et d’élaborer une éducation nouvelle pour une génération d’enfants qui, espère-t-on, ne fera plus jamais la guerre. Comment les éduquer sans surveiller et punir ? Comment les aider à s’émanciper ? Rendre l’enfant heureux, c’est faire de lui un adulte meilleur, estiment ceux qui se lancent dans l’aventure. Ils se nomment Rudolf Steiner, Maria Montessori, Célestin Freinet, Alexander S. Neill, Ovide Decroly, Paul Geheeb ou Janusz Korczak, chacun d’eux inventant des méthodes d’éducation. Un pédagogue suisse, Adolphe Ferrière, les réunit au sein de la Ligue internationale de l’éducation nouvelle.

Lire la suite...

Neuropédagogie

La création de notre site PotentialDys  ainsi que sa page Facebook et son groupe également Facebook s'inscrit dans la logique cérébrale du traitement en réseau de l'information.
L'impératif besoin de créer des connexions de sens entre champs professionnels nous a mobilisé dans l'organisation d'une plateforme des savoirs partagés. Ce site se réclame de fonctionner comme un espace de tissage de liaisons: liens humains entre accompagnants du développement de l'enfant, liens de connaissances avec les offres sélectionnées d'URL.


"PotentialDys " métaphorise l'interconnectivité neuronale, "PotentialDys " est un cerveau hors corps qui occupe l'espace transitionnel entre corpus professionnels. cf Notre cerveau, roi des réseaux


Nous vous invitons à lire le livre de Michel Serrés "Petite poucette" 

 

 

 

 

 

 

Effets de l'empathie des enseignants sur les élèves

L’empathie des professeurs serait un soutien de taille pour la réussite scolaire des élèves. C’est ce que montre une étude pluri-universitaire finlandaise menée sur 10 ans. Les enfants réagissent favorablement dans toutes les matières et à tous niveaux d’études, quand leurs professeurs sont bienveillants. Cette relation influence même davantage les résultats scolaires que le nombre d’élèves par classe, ou la qualité des outils pédagogiques mis en œuvre. http://www.mieux-vivre-autrement.com/wp-content/uploads/2016/01/profs-sympa.jpg

Lire la suite... 

École d'Antoine de la GARANDERIE

  Chaque enfant possède les chances de sa réussite scolaire  

"Les gestes mentaux, comme ceux du violoniste, du joueur de tennis, de l'ébéniste, du sculpteur, doivent obéir à des structures de bon accomplissement. Ces structures existent. On peut les décrire. Pour cela, il faut reconnaître qu'il y a une vie mentale qu'on peut observer du dedans. Sitôt ce principe de reconnaissance admis, on s'aperçoit qu'en effet les gestes mentaux se découvrent. Mieux: on se rend compte qu'il y a une bonne façon de les exécuter pour réussir dans les tâches que l'école prescrit. Disons-le, on ne saurait trop le répéter: les élèves sont obligés de tâtonner pour bien gérer mentalement leur attention, leur réflexion, leur mémorisation. Certains, à force de tâtonner, finissent par renoncer en désespoir de cause. Ne serait-il pas plus efficace de faire de l'école le lieu où l'on enseigne la pratique de ces gestes mentaux qui sont la condition nécessaire à l'adaptation scolaire? Oui, l'école serait l'atelier d'apprentissage des gestes mentaux."

Lire le document

 

 

 

La visualisation des mots :

Expérience menée sur l'apprentissage de vocabulaire en primaire sur le principe d'évocation d'Antoine de la GARANDERIE.

 

 

La gestion mentale :

Né en 1920, Antoine de la Garanderie est un pédagogue de grande renommée, fondateur de la Gestion Mentale. Docteur en philosophie, il est également professeur certifié en biologie animale et en biologie végétale.

Il a enseigné la philosophie et la culture générale en lycée comme en prépa avant de devenir Maître de Conférences à l'Institut Catholique de Paris, à l'Université Catholique de l'Ouest et à l'Université de Lyon II.

Confronté pendant sa jeunesse à des problèmes scolaires en raison d'une surdité partielle, Antoine de la Garanderie a découvert que la réussite scolaire était liée à de bonnes habitudes plus qu'à l'absence d'aptitude.

Héritier des philosophes et psychologues de l'introspection, Antoine de la Garanderie a fondé sa pédagogie sur l'observation des processus mentaux de plus de 1000 élèves qu'il a interrogés longuement. Il s'est intéressé aux bons élèves comme aux élèves en difficulté, mais également aux sportifs de haut niveau.

La Gestion Mentale connut son apogée dans les années 90 puis perdit de son aura, critiquée par quelques psychologues cognitivistes qui lui reprochèrent un manque de rigueur, et qui, suite à une expérimentation menée au sein de l'Education Nationale, concluèrent à son absence d'efficacité.

Seulement, en tant que psychologie et philosophie de l'introspection, la Gestion Mentale ne peut s'évaluer avec les instruments des psychologues qui recherchent une performance observable, quand cette performance observable est elle-même évaluée avec des outils, modèles heuristiques et méthodes en constante évolution, par définition toujours imparfaits.

Lire la suite...

L'école devrait enseigner à se comprendre

edgar Morin

 

Edgar Morin, sociologue, philosophe et doyen de la réserve citoyenne lancée en 2015 par le ministère de l’éducation après les attentats de janvier s'interroge à 94 ans encore et toujours sur le sens du verbe apprendre, à l’heure où l’éducation doit "lutter contre le fanatisme et le manichéisme". Pour lui, vous allez l’entendre, l’école doit être "un lieu d’amour". Et cette école, il continue d’en débattre, on peut le croiser régulièrement dans des conférences sur l’éducation et surtout, il continue à s’y rendre ; car Edgar Morin est souvent présent dans des établissements, une activité évidente pour cet intellectuel engagé pour l'éducation.

Ecoutez le reportage